Premier rendez-vous coaching.

Premier rendez-vous coaching pour changer votre vie.

Je fais ici suite à cet article qui initiait un coaching avec un cadre d’une entreprise se questionnant sur son avenir…

Premier rendez-vous coaching.

Premier rendez-vous coaching.

Image par mohamed_hassan

– Bonjour monsieur DUDON comment allez- vous ?

La première entrevue se fait dans le bureau de Martin au sein de son entreprise. Il a suffisamment de liberté pour s’octroyer le droit d’inviter une personne extérieure sans avoir à en référer à qui que ce soit. De toute façon pour l’instant, ce n’est que le premier rendez-vous. Celui qui va mettre en place le cadre, où je vais expliquer ce qu’est le coaching et ce que ce n’est pas, faire parler mon (futur) client pour voir si je peux le coacher etc.

Son bureau est assez petit, sans fioriture, ranger. Un cadre est accroché au mur représentant un paysage. On devine des photos accrochées sur un panneau se trouvant sur le côté de monsieur Martin. Probablement des photos de ses enfants et de sa femme.

  • Je vais très bien et vous même ?
    – Ça va, hormis ce pourquoi vous êtes là.

Malgré un petit sourire sur le visage, on sent quand même l’inquiétude qui le taraude. D’habitude il a confiance en lui, il sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas et c’est probablement ce qui le déroute : Il se sent fragile là où normalement il est fort.

  • Et si vous me parliez justement de « pourquoi je suis là », quelle est votre situation ?

Après un instant de réflexion :

–  Je suis cadre dans cette entreprise depuis 8 ans. Je suis dans le service « achat ». Je choisis du matériel pour le fonctionnement de l’entreprise, je négocie des prix etc. Jusqu’à présent, j’ai beaucoup aimé ce travaille. On rencontre souvent des gens intéressants, j’aime – ou plutôt j’aimais – les chiffres, j’aime négocier etc.
J’ai une petite équipe de 4 personnes qui m’aide à gérer le service. Je connais chacun d’eux, leurs qualités, leurs défauts, c’est une petite équipe très agréable à gérer, je n’ai pratiquement jamais eu de heurt avec eux.
Pourtant aujourd’hui, je n’ai plus le « coeur à l’ouvrage » comme on disait autrefois. J’ai tendance à m’ennuyer, je ne suis plus autant motiver pour venir travailler.
Du coup je passe par des émotions qui ne me sont pas habituelles : tristesse, colère, inquiétude…

Pendant encore 5 mn, Martin me parle de sa vie, de sa famille, de son travail etc. J’arrive à avoir une vue sur sa « carte du monde« .

Et si nous rêvions dans la vie ?

Je lui demande :

  • Quel est votre rêve ?

– Mon rêve ? 

  • Oui votre rêve. Quand je parle de rêve, je parle de ce qui vous motive, pourquoi vous travaillez. Pourquoi vous gagnez de l’argent ? Qu’est ce qui vous fait avancer ?

Après un instant de réflexion :

– J’avoue que je ne me suis jamais posé la question dans ce sens là. Pour moi, il fallait que je fasse des études, que je me trouve un job qui paye bien et qui me plaise que je puisse subvenir aux besoins de ma famille etc. C’est ce que j’ai eu jusqu’à présent. C’est bien pourquoi je ne comprends pas ce qui se passe dans ma vie d’ailleurs. Si j’en discutais avec mes parents, ils me diraient : » de quoi te plaints tu, tu as tout ce que tu désires, serre les dents, ça va passer ! « 

  • Probablement parce que vos parents sont encore dans le modèle du passé qui consistait à dire ce que vous venez de décrire d’ailleurs : je fais mes études, je constitue une famille et je trouve un boulot jusqu’à ma retraite. Ma vie est programmée, tout va bien.

Sauf que ce qui est train de se passer depuis quelques années, c’est une mutation dans la vie professionnelle comme d’ailleurs dans tous les domaines de la vie en général. On le sait, il y a plus de divorces, des gens en manquent de repères, une société bouleversée dans son ensemble. Il ne s’agit pas de juger ni de s’en insurger mais, à mon sens, de trouver des solutions pour s’adapter. Et quelque part, c’est le rôle des coachs que d’aider leurs clients à s’adapter à ces changements. Mais pas que : Le coach peut aussi aider son client à avoir plus confiance en soi, atteindre ses objectifs, trouver des solutions à un problème qui se pose dans la vie personnelle ou professionnelle du client etc.

Dans tous les cas, je peux vous accompagner. Maintenant, nous allons passer à une étape importante quand on veut se faire coacher. Nous appelons ça une « réunion de cadrage« .

Nous allons parler de ce qui entoure le coaching, de votre motivation, je vais vous poser quelques questions etc.

  • Êtes vous prêt ?

– Je suis prêt !  

  • Quel est votre motivation pour mettre en place ce coaching ?

– Ma motivation ? Heu… je ne sais pas, j’ai besoin d’y voir un peu plus clair dans ma vie. 

  • Si vous deviez mettre une note de un à dix où dix serait la plus forte motivation, quel serait cette note ?

– Probablement 7. 

  • Que savez-vous du coaching et en avez-vous déjà fait et que savez vous ce que fait un coach ?

– Je n’en avais jamais entendu parler hormis peut-être dans le sport. Mais comme je ne m’intéresse pas vraiment au sport, je n’y ai jamais prêté attention. Et du coup non je n’ai jamais fait de coaching et je ne sais pas ce que fait un coach.  

  • Ok, je vais donc vous expliquer aussi bien que possible ce qu’est le coaching mais surtout ce que ce n’est pas.

Le coaching de vie, c’est l’accompagnement d’une personne qui dans une situation donnée a besoin d’évoluer, d’éclaircir des points, de permettre d’atteindre des objectifs, dans tous les cas qui a besoin de se mettre en action et qui n’y arrive pas au moment où elle fait appelle à un coach. Pour résumer un coaching, c’est ça, c’est de permettre à une personne de se mettre en action au moment où elle fait appelle à un coach.
Quels  sont les types de situations qu’on peut trouver ?
Je me suis spécialisé dans l’évolution professionnelle. L’évolution professionnelle, c’est très large, c’est autant les salariés que les entrepreneurs qu’une personne en VDI (Vendeur à domicile indépendant. Ce sont des personnes qui la plupart du temps sont dans un réseau de marketing relationnel). Ça peut être des managers qui ont besoin de plus de performance pour, par exemple gérer leurs équipes. Ce sont aussi des équipes qui ont besoin de trouver des solutions dans un cadre donné qui peuvent faire appel à un coach. On peut aussi prendre l’exemple de quelqu’un qui ne saurait pas vraiment ce qu’il veut faire dans sa vie professionnelle, quelle métier choisir. Et ce n’est pas réservé à des jeunes de 16, 18 ans. Des gens ayant 20, 30, 40, 50 ans peuvent aussi se poser ce type de questions. J’ai attendu mes 45 ans avant de savoir ce que je voulais réellement faire.
Bref, il y a beaucoup de situations dans lesquelles on peut faire appel à un coach.

Le coaching va servir dans des cas comme ça pour aller au delà de ses questionnements, à trouver des réponses, avoir une mise en action dans leurs objectifs.

Comment se passe un coaching ?
Ce sont de 6 à 10 séances de 1h30 en général. Naturellement ce n’est pas aussi statique. parfois une séance suffira mais quelques fois il faudra aller à 11 ou 12 séances pour atteindre les objectifs fixés.
Lors de ces séances, nous sommes à l’écoute de nos clients. Nous ne sommes ni psychologues ni psychanalystes, nous ne traitons ni de ce qui a pu se passer dans l’enfance, ni dans des situations traumatisantes. Nous laissons ça aux professionnels de ces métiers. Nos outils sont le questionnement et l’écoute principalement. L’écoute nous permettant des questionnements de plus en plus pointus. Mais final, le but recherché est de vous faire réfléchir autrement et de vous mettre en action autrement que ce que vous avez fait jusqu’à présent.

Et parmi ces questionnements, il en existe certain qui sont déjà créés et que j’appelle des « protocoles« . Ils font appels à la PNL, à l’analyse transactionnelle et à d’autres outils très efficaces, éprouvés par le temps et qui bien sur ne sont pas figés puisqu’on peut les adapter en fonction de la situation, du client etc.

  • Très bien, ça me va bien comme concept même si c’est encore flou. Mais je vais probablement être éclairé pendant les séances ! 

  • Ne vous inquiétez pas, de toute façon, vous aurez droit à toutes les questions que vous voulez ! Maintenant une autre question : « Pourquoi m’avoir choisi ? »

– Juste parce que je vous ai trouvé sur internet, que les articles et notamment la définition que vous faites du coaching, m’ont paru clairs et intéressants. 

  • Qu’est ce que je ferai « d’idéal » en tant que coach ? Pour être plus précis, quelle aide « idéale » j’aurais pour vous ?

Après un instant de réflexion, Martin me dit :

– Répondre à mes questions, à mes doutes, à mes angoisses. 

  • Ok. Il faut comprendre une chose, c’est que je ne répondrai pas à vos doutes, à vos questions ni à vos angoisses. Je vous amènerais à y répondre vous même au moyens des protocoles et autres questionnements dont j’ai parlé plus tôt. Mais je comprends que tout ça soit flou, nous verrons ça à la séance suivante si vous le voulez bien. Et dans tous les cas, vous aurez les réponses et je pense même que ça ira au delà de vos attentes.

  • Avez-vous des questions, quelque chose à ajouter ?

– Non, pour l’instant, ça va, c’est vrai que tout n’est pas encore clair pour moi, mais comme vous dites, je verrai ça au moment voulu ! 

  • Très bien. Maintenant je voudrais aborder l’organisation des séances. Je vous propose de vous voir dans un premier temps une fois par semaine. Est ce que ça irait ?

– Oui ça pourrait aller. 

  • Une chose très importante, c’est que nous ne devons pas être dérangé pendant une séance. Est ce que c’est opportun de faire ses séances ici ou faut il qu’on s’organise pour faire ça ailleurs ?

– Je pense que ça ne devrait pas poser de problème, je ne répondrai pas au téléphone et je demanderai à mes collaborateurs de ne pas nous déranger pendant les séances. 

  • Et si jamais vous avez un empêchement, il faudra dans la mesure du possible me l’indiquer 24 à 48 h à l’avance. Naturellement, si c’est un empêchement de dernière minute, et que ça se fait rarement, il n’y aura pas de problème. Si jamais par contre, il devait y avoir des retards ou des annulation à répétition, alors il faudra qu’on en discute. Il faut bien comprendre que se faire coacher, c’est avant tout avoir une certaine discipline. C’est ce qui permet aussi l’efficacité de l’accompagnement. N’oubliez pas que c’est pour vous que vous le faites, pas pour moi ni pour personne d’autre.

– ok, c’est presque de la discipline militaire dit Martin en riant. 

-Presque, mais avec moins de rigidité quand même.
A certains moments je vous demanderai quelques travaux à faire. Ce sont toujours des travaux de réflexion sur vous même, pour apprendre à vous connaitre. C’est important d’avoir une base sur laquelle travailler. Que ce soit pour moi pour avoir les bons questionnement mais aussi et surtout pour vous pour avoir les bonnes réflexions.
Et maintenant, je voudrais vous parler du tarif que je pratique. Chaque séance coûtera 70 euros. Vous réglerez chaque séance au début de celle-ci. C’est en général ce que je pratique mais souvent c’est quand j’accompagne des gens par Skype. Là si vous me donnez l’argent à la fin, je ne vous en voudrais pas rajoutais-je en souriant.

– Merci, dit-il en souriant à son tour.

  • Maintenant, je voudrais vous parler de la relation que nous aurons. Je me permettrai d’être franc et direct. Je suis là pour vous accompagner, pour vous aider à avancer, vous aider à répondre à vos questions, à vos doutes etc. Nous ne jouons pas un rôle, nous « jouons » la vraie vie. C’est pourquoi il arrivera parfois que je vous coupe la parole, que je puisse être confrontant. Mais tout ça se fera dans la bienveillance. Toujours. Si jamais vous avez l’impression que je vais trop loin, vous aurez le droit de me le dire ou de me le faire sentir. D’ailleurs je vous propose de réfléchir dés aujourd’hui à la manière dont vous pourrez me le faire savoir.

– Heu… Ok. Vous voulez que je vous dise ça maintenant ?

  • Si vous le voulez si vous savez déjà mais sinon, dites le moi la prochaine fois. Ça peut être un signe, une parole, un regard.
    Un coaching amène parfois beaucoup d’émotion. Les émotions se divisent en 4 catégories (parfois 6 pour certains spécialistes) :
    La colère
    La peur
    La joie
    La tristesse.
    On peut rajouter la surprise et le dégoût. Mais je qualifierais ça plutôt de sentiments. Mais peut importe en fait.
    Ces émotions sont importantes. Mais elles doivent être contrôlées et définies. Si vous êtes en colère, pourquoi l’êtes vous ? qu’est ce qui a déclenché cette colère, qu’est ce que ça déclenche d’autres en vous : En émotions et en sentiments.

Les sentiments sont multiples. En voici quelques uns :

Stiments positifs :
à l’aise
absorbé
affection (plein d’)
alerte
allégé
allègre
amical
amour (plein d’)
amoureux
amusé
animé
ardeur (plein d’)
attentif
au septième ciel
aux anges
aventureux
béat
bonne humeur (de)
calme
captivé
centré
charmé
comblé
compatissant
concentré
concerné
confiant
content de soi
courage (plein d’)
curieux
délassé
détaché
détendu
ébloui
effervescence (en)
égayé
emballé
ému
enchanté
encouragé
énergie (plein d’)
enflammé
enjoué
enthousiasmé
entrain (plein d’)
épanoui
étonné
étourdi
éveillé
exalté
excité
expansif
expectative (dans l’)
extase (en)
exubérant
fasciné
fier
fou de joie
gai
galvanisé
gonflé à bloc
gratitude (plein d’)
grisé
haletant
harmonie (en)
heureux
hilare
humeur enjouée (d’)
humeur espiègle (d’)
impatient
impliqué
insouciant
inspiré
intéressé
intrigué
joyeux
libre
liesse (en)
optimiste
paisible
paix (en)
pétillant
plaisir (qui a du)
porté à aider
proche
radieux
radouci
rafraîchi
ragaillardi
rasséréné
rassuré
ravi
ravigoté
rayonnant
réconforté
reconnaissant
réjoui
rempli d’espoir
revigoré
satisfait
sécurisé
sensibilisé
sensible
serein
soulagé
stimulé
surexcité
tendresse (plein d’)
touché
tranquille
transporté de joie
vie (plein d’)
vivant
vivifié
Sentiments négatifs :
abattu
accablé
affamé
affligé
affolé
agacé
agité
aigri
alarmé
âme en peine (l’)
amer
angoissé
animosité (plein d’)
anxieux
apathique
apeuré
appréhension (plein d’)
blessé
bloqué
cafardeux
chagriné
choqué
coeur brisé (avoir le)
confus
consterné
contrarié
courroucé
craintif
crispé
curieux
déchiré
déconcerté
décontenancé
découragé
déçu
dégoûté
démonté
démoralisé
démuni
dépassé
dépité
déprimé
dépressif
dérangé
désappointé
désarçonné
désarmé
désespéré
désintéressé
désolé
détaché
douloureux
ébahi
ébranlé
écoeuré
effrayé
élan (sans)
embarrassé
embêté
embrouillé
endormi
énervé
ennuyé
enragé
envieux
épouvanté
éprouvé
épuisé
éreinté
étonné
exaspéré
excédé
excité
fâché
fatigué
furieux (fou)
fourbu
fragile
frousse (avoir la)
frustré
gardes (sur ses)
grognon
haineux
haletant
hésitant
honteux
horrifié
horripilé
hors de soi
humeur noire (d’)
impatient
impuissant
incrédule
indécis
indifférent
indolent
inerte
inquiet
insatisfait
insécurisé
insensible
instable
intéressé
intrigué
irrité
jaloux
las
léthargique
mal
mal à l’aise
malheureux
marre (en avoir)
maussade
mécontent
méfiant
mélancolique
moral (ne pas avoir le)
morose
mortifié
moulu
navré
nerfs (sur les)
paniqué
paresseux
perplexe
pessimiste
peur (avoir)
rancœur (plein de)
renfermé
réserve (sur la)
ressentiment (avoir du)
réticent
rompu
saturé
sceptique
secoué
seul
sidéré
sombre
soucieux
souffrant
soupçonneux
submergé
surpris
taciturne
tendu
terrifié
tiraillé
tourmenté
tremblant
triste
troublé
trouille (avoir la)
vexé
vulnérable
Sentiments liés à des jugements :
abandonné
abusé
acculé
accusé
attaqué
bafoué
bête
blâmé
bluffé
coupable
déconsidéré
délaissé
dénigré
détesté
dévalorisé
diminué
dominé
dupé
écrasé
envahi
escroqué
étouffé
floué
foulé aux pieds
harcelé
humilié
ignoré
inadéquat
incompétent
imcompris
indigne
insulté
invisible
isolé
jugé
laissé pour compte
manipulé
materné
minable
menacé
méprisé
mis sous pression
négligé
nié
nul
pas accepté
pas aimé
pas cru
pas entendu
pas important
piégé
piétiné
rabaissé
rejeté
ridiculisé
sali
sans valeur
stupide
surmené
trahi
trompé
utilisé
vaincu
violé
volé

J’ai trouvé ce tableau sur le site La psychologie.

  • Les sentiments sont parfois l’association de plusieurs émotions : la peur et la tristesse pour la honte par exemple.
    Il n’y a pas véritablement d’émotions ou de sentiments négatifs. Il y a des émotions et des sentiments que l’on doit vivre parce qu’au moment où on les vit, on en a besoin. Si vous vous mettez en colère, c’est que vous en avez besoin. Ce n’est peut-être pas bien pour les autres qui vivent et subissent cette colère, mais c’est probablement qu’au moment où se déclenche votre colère, vous avez un trop plein à déverser.

– Ok, je ne pense pas que ça m’arrive mais pourquoi pas ? 

Je vous invite en tout cas à regarder la liste des sentiments et des émotions et la prochaines fois, dites moi celles qui ont pu déclencher un changement dans votre vie. Sinon un changement, en tout cas une réaction qui a amené quelque chose de marquant comme « l’amour qui amène au mariage » par exemple.

-D’accord, déjà du travail à la maison dit Martin en souriant. 

  • Et oui, je vous lai dit, un coaching, c’est de l’action avant tout.
    Je vais la prochaine fois vous faire signer un contrat et un code de déontologie. Ce contrat portera sur l’objectif général sur lequel porte le coaching. Il va s’en dire que nous affinerons les objectifs pour qu’ils  soient « SMART ». Je préciserai la prochaine fois ce que c’est. Et pour finir, dans un coaching, tout comme dans une psychothérapie, vous pourrez être amené à dire des choses dont vous n’avez pas envie qu’elles soient sues par n’importe qui. C’est pourquoi je suis astreint au secret professionnel. En aucun cas, je n’ai à répéter à qui que ce soit ce que vous me dites. La seule contrainte que j’aurais contrairement justement à un psychiatre ou à un psychothérapeute, c’est au niveau pénal puisque notre métier n’est pas « reconnu » en tant que tel et un policier ou un juge pourra m’obliger à révéler des informations. Mais je pense que c’est relativement rares que cette situations puisse arriver.
    Sommes nous d’accord ?

  • Je pense que tout ça est très clair. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi sérieux et protocolaire. Mais ça inaugure quelque chose de bien à mon avis. J’ai même hâte d’être au prochain rendez-vous !

  • J’ai aussi hâte de démarrer. C’est toujours une expérience unique d’accompagner quelqu’un puisque chacun est unique et m’amène justement à plus d’expérience.
    Je vous dit donc à la prochaine fois ?

  • Naturellement, la semaine prochaine comme convenu. Au revoir Monsieur DUDON.

 

Voici une première séance, en général gratuite, qui nous amène à connaitre notre client et surtout à permettre au client d’être sûr de son choix : le coach, est-ce bien le coaching dont il a besoin, comme se passe un accompagnement, qu’est ce que ça implique etc. La prochaine fois… première séance de coaching… Attachez vos ceintures !